Sophie-la-girafe[1]

Vous l'avez sans doute remarqué, depuis quelques années maintenant, les études des grandes associations de défense du consommateur sont de plus en plus fréquentes, et leur but est de venir évoquer des produits de notre quotidien, en constatant (ou non) d'une éventuelle toxicité. Et il est vrai que les bébés sont fragiles, et qu'il est important de leur mettre à disposition des produits qui soient totalement sans danger, pour éviter le moindre problème.

En tant que maman, c'est ce que l'on recherche, et heureusement, les normes sont plutôt strictes, ce qui permet d'avoir confiance en ce que l'on achète. Différentes polémiques ont perturbé la toile concernant Sophie la girafe, pour des questions de bisphénols, et autres produits potentiellement cancérogène. Ces informations se sont rapidement répandues. Ayant une Sophie à la maison, tout comme vous je me suis renseignée, et finalement, j'ai été rassurée.

En quoi Sophie la girafe est-elle faite ?

La première question que je me suis posée est évidemment liée au matériau utilisé dans la réalisation de notre fameuse Sophie la girafe, afin de m'assurer qu'il n'y avait pas de bisphénols dans sa composition. Et la réponse a été claire : ce jouet est fait de caoutchouc 100% naturel, totalement fait pour être mâchouillé par les bébés sans le moindre risque. Pour rentrer un peu plus dans les détails, il s'agit d'un caoutchouc réalisé à partir de sève d'hévéa, la composition est donc on ne peut plus naturelle. Pas de bisphénols à l'horizon donc, ou de phtalates, et autres produits toxiques.

Et les nitrosamines dans tout ça ?

Autre produit incriminé concernant Sophie la girafe : les nitrosamines. Personnellement, je ne savais pas ce que c'était. J'ai donc fait quelques recherches, et j'ai pu constater qu'il s'agissait en effet d'un produit potentiellement toxique, mais en grandes quantités seulement. On en trouve d'ailleurs dans des aliments que l'on consomme au quotidien, comme dans le pain grille par exemple, mais aussi dans la bière. Jusqu'ici tout va bien donc. Selon les articles que j'ai pu lire sur le sujet, Sophie la girafe pourrait contenir 0,945 mg de précurseurs de nitrosamines, par kg.

Et cela lui permet d'être dans les normes, qui se situent à 1 mg, sachant qu'il faudrait 100 000 fois plus de produit, pour que cela soit cancérogène, autant vous dire que l'on a de la marge. Il paraît même que pour avoir le niveau de nitrosamines d'un verre de bière, il faudrait déguster... 36 girafes. Cette information m'a fait sourire, et m'a rassurée. Mon point de vue en tant que maman est donc qu'il n'y a pas de quoi s'alarmer. Le fabricant a expliqué que les précurseurs de nitrosamines que l'on a retrouvés en légères traces provenaient de la fameuse sève naturelle d'hévéa servant à réaliser le caoutchouc.

Rien de chimique en vue donc ! Personnellement, je continuerai donc de laisser mes enfants jouer avec Sophie la girafe, qui me paraît bien plus valable que la plupart des jouets made in China que l'on donne à nos enfants. Et vous ?